« Perspective biographique, multi-expositions et parcours exposants »

Le dispositif d’enquête du Giscop93 présente un nombre important d’originalités par rapport aux approches usuelles développées en épidémiologie. Ces particularités imposent de penser l’analyse des données collectées en articulation parfois étroite avec d’autres disciplines, en particulier la sociologie, pierre angulaire du dispositif puisque mobilisée à la fois pour le recueil de l’activité réelle de travail des patients et pour l’analyse des mécanismes de visibilisation/invisibilisation des cancers d’origine professionnelle.

Lire la suite...

Tirant partie des données contenues dans la base de données GISCOP, plusieurs démarches de recherche sont en cours, dont l’objectif est de produite des connaissances en vue de la prévention. Certains de ces travaux sont complémentaires de ceux évoqués dans le premier axe (voir les rapports présentés dans l’axe 1, en particulier ceux concernant respectivement l’exposition aux cancérogènes dans les activités de nettoyage et dans les activités de sous-traitance en Normandie). D’autres constituent de nouvelles démarches. Dans le cadre d’une convention avec la DIRECCTE Ile-de-France la mise en œuvre d’un « répertoire des activités exposantes » fondé sur la base des données du GISCOP93 est en cours.

Retracer des parcours professionnels s’inscrivant en moyenne dans les 30 à 60 dernières années, c’est observer comment s’inscrivent ces parcours dans des périodes successives marquées par des transformations profondes : celles de l’organisation de la production industrielle – et dans celle-ci les formes d’utilisation des produits cancérogènes –, celles du contenu même du travail, des outils et de leurs usages, celles des rapports sociaux de travail, celles des politiques publiques qui encadrent l’emploi et la santé au travail. Depuis la fin des années 1970 en particulier, la précarisation sociale issue de stratégies combinées de recours à la flexibilité, au travail temporaire et à la sous-traitance a profondément bouleversé les formes de division sociale du travail et des risques.

Lire la suite...

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), un tiers de l’excès de cancers observé dans les catégories sociales défavorisées comparées aux groupes sociaux les plus favorisés serait lié à l’exposition professionnelle à des cancérogènes industriels. Cette proportion pourrait atteindre la moitié pour les cancers du poumon et de la vessie. Cependant, à l’exception des cancers de l’amiante, l’essentiel des cancers d’origine professionnelle demeure en dehors du champ de la reconnaissance. Au niveau de l’Union Européenne, les cancers professionnels sont en cause dans 53% des décès par cancer.   Mais aujourd’hui, en France, le nombre de cas reconnus représente moins de 0,5% des 385 000 nouveaux cas de cancer annuels. 

Lire la suite...

« Rendre visibles les risques d’exposition professionnelle à des cancérogènes en Seine-Saint-Denis » Ce thème de recherche est abordé à travers des travaux en géographie, en particulier une thèse de doctorat, dans l’objectif de construire un Système d’Information Géographique (SIG) géolocalisant – à partir de la base de données du GISCOP 93 - les entreprises exposantes.

Lire la suite...

Plus d'articles...